Conséquences du confinement sur le marché immobilier

Un marché Immobilier à l’arrêt durant le confinement : Hausse des taux d’intérêts des prêts immobiliers

Alors que nous vivons actuellement une période sans précèdent, les banques connaissent une baisse de leurs activités.
Ce ralentissement économique s’explique par la mise à l’arrêt de notre économie durant la période de confinement. 

Les hausses des crédits immobiliers sont-elles similaires d’une banque à l’autre ? 

Pour rappel en France, nous avons des banques régionales, mutualistes et des banques nationales.
Nous pouvons noter tout d’abord que le groupe Crédit Agricole qui possède également l’enseigne LCL a indiqué dans un communiqué que les taux des crédits immobiliers ont augmenté en moyenne de 0,25%. 

Rappelons que ces hausses ont principalement concerné les banques régionales ainsi qu’un grand groupe bancaire national. 

Comment sont calculées ses hausses ? 

Ses hausses sont calculées en fonction du profil de l’emprunteur.
En effet plus ce dernier présente des risques et plus la hausse du taux d’intérêt sera conséquente.
En ce qui concerne les profils moins risqués on peut noter que la hausse du taux d’intérêt sera minime.
Les hausses des crédits immobiliers sont comprises entre 0,25% à 0,7%. 

Pourquoi les taux ont augmenté ? 

Cette hausse des taux d’intérêts peut s’expliquer d’une part du fait que les banques subissent une concurrence moins forte durant cette période de crise sanitaire.
On peut également penser que la hausse des taux de crédits immobiliers s’explique par une baisse de la demande de crédits immobiliers. 

On a pu noter une baisse des demandes de crédits immobiliers de l’ordre de 72 % d’après le cabinet de courtier « Vousfinancer ».
Également afin de ne pas augmenter leurs risques les banques ont préféré augmenter leurs taux d’intérêt. En effet « les banques anticipent une dégradation des conditions de refinancement et souhaitent reconstituer leurs marges » nous apprend Sandrine Allonier, porte-parole de « Vousfinancer ». 

Lorsque l’activité économique reprendra nous pouvons déjà penser que de nombreux ménages vont connaître une perte de leurs pouvoirs d’achat.
On peut d’ores et déjà s’interroger sur la stratégie que vont opérer les banques pour tenter de séduire les clients qui pour certains vont connaître une baisse importante de leurs revenus et pour d’autres des pertes d’emplois. 

Ainsi, nous pouvons nous demander si une hausse des taux de crédits immobiliers sera une opportunité pour les banques ou si cette dernière représentera un obstacle supplémentaire qui pourrait dissuader les ménages d’envisager un projet immobilier ? 

J.R 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*