Le #PlanTech : une aide aux entreprises technologiques françaises.

French Economy and Finance Minister Bruno Le Maire (L) listens as Junior Minister for Digital affairs Cedric O speaks during a press conference following the weekly cabinet meeting at the Elysee presidential Palace in Paris on September 18, 2019. (Photo by LUDOVIC MARIN / AFP)

Le #PlanTech : une aide aux entreprises technologiques françaises.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, et Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique, ont présenté le 5 juin le #PlanTech, destiné à soutenir les entreprises technologiques françaises pendant cette période de crise. La pandémie de coronavirus a engendré une crise économique sans précédent, qui n’épargne pas cette filière en pleine expansion ces dernières années.

L’enjeu pour le gouvernement de soutenir le secteur technologique n’est pas seulement de sauver des entreprises de la faillite, il s’agit pour la France d’affirmer sa souveraineté face aux géants américains et chinois. En effet, le confinement a renforcé l’idée que le la technologie occupe une place de plus en plus importante dans notre vie de tous les jours. Le télétravail, la continuité pédagogique, certains loisirs auraient été impossible sans le numérique. Avoir des entreprises françaises compétitives dans ce domaine est synonyme d’indépendance à l’heure de l’oligopole sino-américain. De plus, ces start-ups représentent un nombre conséquent d’emploi sur le marché du travail. Elles sont indispensables à la vie économique du pays. 

Pour limiter les dégâts de la crise sur ce secteur si important, le gouvernement a mis en place un plan de soutien public conjoncturel destiné aux entreprises technologiques. Divisé en 5 branches, le plan de soutien promet de « faire de la French Tech un écosystème d’innovation leader au niveau mondial ». Il s’ajoute aux mesures d’urgence prises en mars 2020 à l’aube de la crise économique, qui consistaient en un prêt de 3 milliards d’euros garantis par l’Etat pour les entreprises technologiques et 2.5 milliards d’avances de trésorerie sur le crédit d’impôt recherche.

Dans un premier temps, le gouvernement va mettre en place une série de fonds d’investissement afin de soutenir les entreprises face à la crise. La somme totale dépassera le milliard d’euros. Dans une volonté de protéger les entreprises technologiques françaises qui développent « des technologies d’avenir à caractère souverain », un fond « French Tech Souveraineté » va par exemple être mis en place. Selon Bruno Le Maire et Cédric O, il est impératif d’éviter une quelconque influence étrangère sur ces entreprises prometteuses. La taille de ce fond sera initialement de 150 millions d’euros, mais il pourra atteindre 500 millions d’euros en 2021. Le financement des entreprises technologiques va également être soutenu à hauteur de 500 millions d’euros. Enfin, l’envie d’accroitre sa souveraineté pousse le gouvernement à débloquer 200 millions d’euros alloués au soutien à l’émergence d’un nouveau vivier de start-ups.

D’autres mesures vont également être prises pour soutenir la demande. En effet, le confinement a permis une prise de conscience sur le fait que le numérique était indispensable. De ce fait, des lois ont été votées pour permettre d’augmenter les services proposés aux français à travers la technologie. Pour accentuer le développement du numérique dans notre société, un « guichet unique » va être lancer pour recueillir les demandes des entreprises technologiques et des citoyens français. Des propositions de dispositions pourront être déposées, et constitueront à terme un projet de loi présenté fin 2020 au Parlement. Le gouvernement souhaite faire participer ces acteurs dans la mesure où ils sont les premiers à bénéficier du développement du numérique dans la société.

Enfin, les entreprises technologiques françaises attirent les jeunes diplômés en France dès la fin de leurs études. Elles offrent de nombreux débouchés dans divers domaines. Le gouvernement a pris conscience de l’attrait des start-ups auprès des jeunes et du potentiel de ces dernières à innover et a décidé de soutenir le recrutement dans ce secteur. Des campagnes de communications vont être lancées courant 2020 pour promouvoir la French Tech, ainsi qu’un appel à projet sur le thème des carrières et des opportunités dans le numérique français.

Comme le souligne Bruno Le Maire, les entreprises technologiques françaises « sont essentielles à l’innovation et à notre souveraineté technologique ». Des mesures prises depuis le début du quinquennat illustrent la volonté des dirigeant français de devenir indépendant des grandes société américaines et chinoises. Un parfait exemple est la taxe GAFA. Le ministre de l’économie et des finances a encore rappelé son souhait de créer une « taxe mondiale sur les géants du numérique », alors que Donald Trump menace de taxer certains produits français à 100% si le projet est mené à son terme. Le président américain tente de maintenir l’influence des grandes entreprises de la Silicon Valley, tandis que la France exprime sa volonté d’émancipation.

Foucault Séchet 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*