Projet Résilience : mobilisation solidaire contre la pénurie de masques

Projet Résilience : mobilisation solidaire contre la pénurie de masques

Tandis que la crise du Coronavirus sévit en France, la demande des services publics en masque de protection explose. Interrogé à ce sujet à l’Assemblée Nationale dans le cadre des questions au Gouvernement le 1er avril, le ministre des solidarités et de la santé Olivier Véran a estimé les besoins actuels à 40 millions de masques hebdomadaires.

Néanmoins, le ministre a indiqué le 19 mars à l’Assemblée nationale que la France ne dispose que d’un stock d’Etat de 150 millions de masques chirurgicaux et d’aucun masque FFP2. En effet, suite aux crises sanitaires de 2011 et 2013, le postulat privilégié a été de considérer qu’en cas de risque sanitaire majeur, les usines de production seraient à même de produire des équipements rapidement, notamment en Chine. Ainsi, il serait inutile de stocker des masques en grande quantité en France. Ce choix fait aujourd’hui défaut puisque comme l’a rappelé le ministre, la Chine a été le premier pays touché par le virus et ses usines ont été forcées de se mettre à l’arrêt, ce qui a enrayé la production et l’exportation de masques vers les pays européens. 

Pour lutter contre ce manque d’équipement qui met en danger la vie du personnel médical et associatif au contact de patients potentiellement malades, le Gouvernement a passé commande d’environ 1.5 milliards de masques. Cet approvisionnement provient soit des industries chinoises via un pont aérien organisé avec Pékin, soit directement de l’industrie française. Parmi les solutions impliquant les entreprises françaises, un projet est organisé pour coordonner les productions de masques sur le territoire national et solliciter les personnes en difficultés : le projet résilience.

Projet résilience

Le projet a été initié par Thibaut Guilluy, haut-commissaire à l’inclusion dans l’emploi et à l’engagement des entreprises, et est détaillé dans un communiqué de presse du gouvernement intitulé « Projet Résilience : des entreprises d’insertion, et des entreprises adaptées se mobilisent pour accroitre la production de masques de protection. »

Le projet s’inscrit dans le cadre du mouvement « La France, une chance ». Il s’agit d’un rassemblement d’entreprises françaises œuvrant pour plus de pratiques à forte valeur ajoutée humaine. L’objectif est d’affirmer le rôle majeur de l’entreprise dans la cohésion sociale du pays. « La France, une chance » a été initié par cent entreprises françaises le 17 juillet 2018 à l’Élysée et est voué à grandir considérablement puisqu’à terme, 10 000 entreprises sont attendues dans le mouvement.

Le principal objectif du projet Résilience « est de produire à un coût raisonnable et dans les meilleurs délais le plus de masques possibles grâce à un processus de production simple et standardisé ». A ce titre, un circuit logistique sera construit avec l’aide d’acteurs locaux, engagés et participatifs. Les entreprises concernées sont les PME, les entreprises d’insertion, les entreprises adaptées ainsi que les établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Ces dernières ont pour but commun de proposer un emploi à des personnes en difficultés, qu’elles soient en situation de pauvreté, de handicap, ou autre.

L’initiative de ces entreprises a été saluée par la ministre du travail Muriel Pénicaud qui les remercie de « fabriquer des masques au service de la protection et de la santé des Français. » 

Les produits de cette mobilisation solidaire et inclusive seront des masques anti-projection de niveau 1, dont les performances ont été testées et approuvé par la Direction Générale de l’Armement. D’après les premières estimations, plusieurs millions de masques pourront être fabriqués à partir du 30 mars 2020. Les masques produits sont ancrés dans une démarche durable dans la mesure où ils sont lavables et réutilisables.

Ces masques seront destinés aux services publics au contact de la population (gendarmerie, administration pénitentiaire, travailleurs sociaux), aux entreprises des secteurs prioritaires (énergie, eau, déchets), ainsi qu’à des associations (SAMU social, Emmaüs, Armée du Salut, etc.)

Le projet Résilience est doublement utile pour lutter contre la crise que le pays traverse. En effet, il participe dans un premier temps au réapprovisionnement des stocks de masques, et il aide dans un second temps à endiguer la crise financière en créant des emplois en France, qui plus est sont destinés à des personnes en difficulté. 

F.S

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*