Une année compliquée pour les clubs français engagés dans la célèbre compétition européenne. Paris, Rennes et Marseille peinent à gagner des points depuis le début de l’édition 2020-2021. Les phases finales approchent mais rien n’est sûr quant au fait de voir un de ces trois clubs sortir de ces phases de groupes. Des équipes peu impliquées et des supporters peu convaincus, les clubs français ont du mal à trouver leur place cette année.

Paris n’impressionne pas  

Le Paris Saint-Germain ne présente pas le même visage que l’année passée. Malgré une première place en Ligue 1 Uber Eats et une deuxième place dans leur groupe H en Ligue des Champions, les parisiens ne sont pas dans leur meilleure forme. Avec seulement trois points pris sur trois matchs, en Ligue des Champions, lors des premières journées de phase de groupes, le Paris Saint-Germain doit remporter ses deux prochains matchs après sa victoire contre Leipzig mardi dernier (1-0, Neymar 11’ sur penalty). 

Finaliste lors de l’édition précédente (défaite contre le Bayern Munich 0-1), les parisiens n’ont plus la même envie sur le terrain et la qualité de jeu n’est plus au rendez-vous. De plus, de nombreux joueurs comme Kylian Mbappé ou Neymar étaient absents lors des premiers matchs de la compétition pour cause de blessures. Le match retour contre Leipzig reflète bien le parcours de Paris dans cette Ligue des Champions. Dominés dans le jeu, incapables de sortir le ballon, et débordés par les hommes de Julian Nagelsmann, les parisiens n’ont fait que subir les nombreuses attaques de leurs adversaires. Le déplacement à Old Trafford ce mercredi 2 décembre sera crucial pour les parisiens et une victoire leur ferait le plus grand bien afin d’aborder leur dernier match sereinement face aux turcs de l’Istanbul Basaksehir.

Les rouges et noirs pas au niveau 

Qualifiés en Ligue des Champions après leur troisième place en Ligue 1 Uber Eats l’an passé, les rennais se sont retrouvés dans un groupe où les équipes de Chelsea et de Séville dominent. L’une avait remporté la Ligue Europa en 2019 et l’autre est détentrice du même titre obtenu en 2020. Depuis la première journée de la compétition européenne, le Stade Rennais est bloqué à un seul petit point, tout comme le club russe de Krasnodar. Malgré une qualité de jeu évidente et des jeunes joueurs pleins d’ambitions comme Eduardo Camavinga (18 ans), les rennais n’ont pas encore l’expérience nécessaire pour faire face à des équipes qui jouent cette compétition chaque année depuis des décennies. 

Eduardo Camavinga est le joueur phare de cette équipe rennaise. À seulement 18 ans, il a déjà été sélectionné trois fois en Équipe de France et a déjà marqué un but face à l’Ukraine en match amical. Joueur talentueux, doté d’une technique impressionnante, il a été positionné à la deuxième place du classement des meilleurs jeunes au niveau mondial par le site spécialisé Football Talent Scout. Certaines grosses écuries européennes l’ont déjà dans leur viseur. Manchester United, le Real Madrid et même le Paris Saint-Germain s’intéresseraient à la jeune pépite rennaise. Peut-être un prochain départ pour Eduardo Camavinga qui a changé d’agent ce week-end en ayant remplacé Moussa Sissoko par son propre père. 

C’est déjà fini pour Marseille 

0 point en 13 matchs. C’est le triste bilan de l’Olympique de Marseille qui continue d’enchaîner les défaites après la victoire du FC Porto mercredi dernier (0-2) à l’Orange Vélodrome. Malgré un bon début de saison en championnat, les marseillais montrent un tout autre visage en Europe et ne mettent pas l’envie nécessaire au niveau présent lors de ces matchs. Dans un groupe où Porto et Manchester City se jouent la première place, Marseille reste à un nombre de point nul pour son retour après six ans d’absence en Ligue des Champions. Un retour insuffisant que l’on pourrait même qualifier de désastreux puisque le club phocéen est déjà éliminé de la compétition, et ce, avant d’avoir joué ses deux derniers matchs. 

Les supporters en attendaient davantage. L’Olympique de Marseille est le seul club français ayant remporté la prestigieuse « coupe au grandes oreilles » en 1993 et les fans du club voyaient leur équipe aller plus loin dans la compétition. Pas assez solides en défense (9 buts en quatre matchs) et trop inoffensifs sur les phases d’attaques (0 but en quatre matchs), les joueurs d’André Villas-Boas ne développent pas assez leur qualité technique et restent beaucoup trop dans leur moitié de terrain. Ils joueront leurs deux prochains matchs face à l’Olympiakos et face à Manchester City en tentant de remporter des points afin de sauver l’honneur.

Alexandre MAILLARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *