Avant d’aborder ce grand prix, le champion du monde en titre de formule 1, Lewis Hamilton, avait tout pour réussir et égaler le mythique record de Michael Schumacher qui était de sept titres de champion du monde. Au cours de sa vie, le britannique a toujours souligné le souhait d’être champion du monde sans forcément savoir qu’il allait en arriver là. C’est alors qu’aujourd’hui, le 15 novembre 2020, pour sa treizième saison, il fait désormais partie des plus grands dans cette catégorie en remportant un septième titre au terme d’une course folle. Heureusement, nous le savons tout de même déjà depuis plusieurs années qu’il est le patron en termes de performance et de régularité avec sa monoplace et que, pour le moment, rien ne le déstabilise, la preuve…

Essais et qualifications

Le week-end automobile turc ayant commencé vendredi ne se présentait pourtant pas pour le mieux pour Hamilton et l’ensemble des pilotes. En effet, la piste a été refaite il y a une quinzaine de jours dû à de longues années d’inactivité, soit depuis 9 ans en F1. Déjà qu’avec une surface relativement sèche les voitures glissaient en nombre alors n’imaginez même pas à quoi cela ressemblait samedi avec la pluie qui s’est invitée ce jour. Cette journée a fait l’objet de nombreux débats et de critiques sur l’état de ce circuit. Lewis Hamilton a justement pris la parole en qualifiant ça comme un « désastre » et ne comprend pas non plus le fait d’avoir « dépenser des millions » pour refaire l’ensemble de la piste. Le russe Daniil Kvyat a également fait part de ses impressions au cours d’un échange radio avec son équipe en disant « j’aurais plus d’adhérence sur la glace », ce qui nous laisse une petite idée de la qualité de la surface praticable.

Du côté des qualifications samedi après-midi, l’anglais n’a pas réussi à trouver les bons réglages pour faire face à ses difficultés rencontrées. Effectivement, il n’arrivait pas à correctement chauffer ses pneus à la bonne température. Ainsi, il a dû se satisfaire d’une sixième place sur la grille pour tenter de battre ce fameux record. Tout était encore largement jouable sachant qu’il devait remporter huit points de plus que son coéquipier Valtteri Bottas pour remporter cette septième couronne. Chose finalement accessible car le Finlandais n’a réussi qu’à décrocher une neuvième place sur la grille, soit trois places derrière son coéquipier. Sans oublier la première pole position du canadien Lance Stroll au volant de sa Racing Point.

La course

Comme prévu, la piste a fait des siennes dès le premier virage en venant gâcher tout espoirs de Bottas parti en tête-à-queue. Hamilton, lui, a réussi à partir proprement sans trop de glissades et gagner de nombreuses places dès le premier tour. Malgré quelques erreurs durant la course et sa bataille contre Vettel puis Perez, le choix de n’avoir fait qu’un seul arrêt aux stands a payé. En effet, ses gommes intermédiaires sont allées jusqu’au bout de leur capacité en accompagnant Hamilton pendant 58 tours. La stratégie de Mercedes et de son pilote a, encore une fois, fait preuve de respect.

Loïc Vigneron, 17/11/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *