L’annonce ce lundi 9 novembre de la découverte d’un vaccin des laboratoires Pfizer et BionTech efficace à 90% contre le Covid-19 a entraîné une vague d’espoir et de réaction à travers le monde. Le communiqué tant attendu des laboratoires allemand et américain a eu l’effet d’une bombe en bourse. Cette annonce peut-elle donner un nouvel élan à des marchés encore lestés par des mesures plus strictes et l’annonce du reconfinement dans certains pays comme la France ?

Alors que la planète et l’Europe en particulier est confrontée à une nouvelle vague de Covid-19 très violente, le moral des européens est au plus bas. Pfizer, laboratoire américain et Biontech, allemand ont fait sensation ce lundi 9 novembre, en annonçant un possible vaccin bien plus efficace que prévu. Un vaccin efficace “à 90%”, a affirmé le géant américain de la santé, après la première analyse intermédiaire de l’essai de phase 3, la dernière avant une demande d’homologation.

“On peut probablement parler de game changer pour cette annonce des américains et allemands”, juge Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France, société financière.

Cette course au vaccin ayant prise cette semaine un élan fantastique, est un réel espoir pour l’économie.

L’annonce de lundi, 13h10, des deux laboratoires a fortement été saluée par l’ensemble des bourses mondiales, peu habituées à s’enflammer ces derniers temps. En effet, dans l’après-midi ayant suivi les annonces, alors encore peu détaillées, les marchés mondiaux étaient tous en forte hausse. La Bourse de Paris prenait 5,46%, Francfort 5,56%, Londres 5,05% et Milan 5,48%. Dés son ouverture Wall Street connaissait une euphorie similaire. Le Dow Jones grimpait de 5,63% à un nouveau record, tandis que le Nasdaq prenait 1,25%. Une telle flambée des marchés suscite de grands espoirs pour sauver l’économie, paralysée par la crise sanitaire.

Certains secteurs commencent enfin à voir le bout du tunnel…

Les valeurs comme Airbus ou Air France des secteurs les plus vendus et délaissés pendant la crise sanitaire comme le tourisme, l’aérien ou encore le pétrole ont connu une explosion historique à la hausse lundi. “Un mélange de retour des flux sur ces secteurs à faibles multiples de valorisation mais également de débouclage de positions vendeuses. Les valeurs les plus achetées par les marchés ces derniers mois“ souligne Alexandre Baradez, analyste boursier.

Même s’il est impossible et normal que la hausse se poursuive à ce rythme effréné dans les jours quiviennent, ce “game changer “rendra désormais plus difficile le retour sur les creux récents,notamment dans la rare zone des 4.600 points où le CAC 40 est allé au moment de l’annonce desreconfinements en Europe”, juge-t-il. Dans ce contexte d’espoir sanitaire majeur, si le CAC 40 risquede subir des prises de profits et d’entamer une correction en direction des 5.000 points, “les creux demarché seront probablement perçus par les investisseurs comme des opportunités derepositionnement à l’achat plutôt que des risques de rechute durables”, selon lui.

page2image10100832

page2image10020752

Source : ABC Boursepage2image1687680

Graphique boursier du CAC 40 ces dix derniers jours.

Évidemment, il faut isoler les réactions boursières du reste de l’économie. La réaction de lundi est plus « une exubérance réactionnelle classique des bourses, qui réagissent toujours plus fort et plus brutalement que la réalité », tempère Frédéric Bizard, économiste de la Santé. D’ailleurs, dès ce mardi matin, elles étaient revenues à un niveau plus classique et réaliste au vu de la situation. Un vaccin même 100% efficace ne serai pas synonyme de “niveau économique d’avant“. Le vaccin sera confronté à de nombreux obstacles post-développement, comme des problèmes de production, de stockage ou encore de distribution », note Frédéric Bizard.

Selon l’expert, les prévisions de production annoncée par Pfizer et Biontech de 1,3 milliard de doses durant l’année 2021 sont “fantaisistes“ et s’éloignent du domaine de la Santé pour devenir de la communication et un phénomène de buzz. Les campagnes de vaccins seront très longues et commenceront au mieux, au printemps 2021 pour s’étendre au moins jusqu’en 2022. Cependant l’annonce des résultats meilleurs que prévu du vaccin de Pfizer et Biontech a évidemment suscité une réaction incroyablement forte des marchés boursiers mondiaux et annonce une trajectoire favorable pour l‘économie mondiale.

Théodore Donguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *